Genèse d'un soignant , partie 2

Les apprentissages

Selon eux oui, mais quel inconfort lorsque l'on ne respecte pas son intuition, lorsque son corps crie qu'il est fait pour autre chose, que sa tête est en souffrance que son coeur s'épuise à aller vers ce qui ne l'emballe guère.

N'est ce pas?

Comment vous parler de ces 21 années de pratique sinon comme un magnifique apprentissage , un lie de jeu, de lumière, de création, de parenthèses individuelles partagées dans la vie de mes patients et de la mienne.

Il nous est enseigné lors de notre formation d'infirmière de ne jamais nous investir affectivement dans le soin. Cet axiome était pur moi inenvisageable.

Nous avons, avec chacun de mes patients, appris à créer le juste dosage confortable et nécessaire aux grands principes de la prise en charge thérapeutique: respect de la dignité, du corps, des besoins affectifs et de l'écoute de soi. Tous cela en nous créant des univers parallèles, des salles de jeu de soins...

Comment vous expliquer cela. C'est un peu comme si nous créions un autre monde autour du lieu de soin, autour du soin. Une bulle de jeu, d'expression; Hors du temps, avec des réceptions différentes le temps du soin n'avait plus de prise. Et chaque espace chaque univers s'adaptait au besoin du moment, de l'individualité de chacun.



10 vues0 commentaire